Les 5 trucs pour une sexualité sans mycose vaginale…

Écrit par Médecin rédacteur le .

Note utilisateur:  / 11
MauvaisTrès bien 

Une des conséquences les plus gênantes des mycoses vulvo-vaginales, c’est leur retentissement sur la sexualité. Une mycose vulvo-vaginale, c’est gênant, ça brûle, ça pique, ça entraîne des douleurs, mais c’est encore pire quand on veut faire l’amour. Et ça arrive même lorsque l'on a un nouveau partenaire. Alors, quelles précautions pour que la sexualité se passe bien ?


1 – Ne jamais faire l’amour en cas de douleur.

Si la pénétration est douloureuse, si elle brûle, picote, tire, c’est que la muqueuse est irritée ou subit une petite déchirure, une micro lésion. Or, toute lésion est susceptible de stimuler le déclenchement d’une mycose vaginale. Il est donc essentiel d’écouter ses sensations et de les prendre en compte. Dire non quand la gêne est présente, c’est préserver sa sexualité future.

2 – Utiliser du lubrifiant avec un préservatif.
Avec un préservatif, les frottements entre le pénis et le vagin sont quasiment multipliés par 3. Aussi est-il important d’ajouter du lubrifiant pour ne pas irriter la muqueuse vulvo-vaginale et ne pas favoriser une mycose vaginale. Notez que le lubrifiant présent sur la plupart des préservatifs est souvent insuffisant et qu’il est préférable de rajouter du lubrifiant à base d’eau, compatible avec les préservatifs. En évitant les irritations et brûlures, vous diminuerez considérablement le risque de mycose génitale.

3 – Arrêter en cours de route si vous avez mal.
Cela paraît difficile vis-à-vis de votre partenaire, de dire stop en pleine action ! Pourtant, si tout à coup, vous commencez à percevoir une brûlure vaginale, une irritation, l’idéal est quand même de dire stop. Car si vous continuez, la lésion en train de se former va augmenter, mettra plus de temps à guérir et déstabilisera d’autant plus votre flore vaginale. Dire stop, c’est donc empêcher la mycose vaginale de se développer.

4 – Demander à votre partenaire de faire une toilette post-coïtale.
Après avoir éjaculé, il est bon que votre partenaire se lève et aille passer son sexe à l’eau soigneusement, en décalottant s’il n’est pas circoncis. Ce simple geste diminue énormément le risque de mycose vulvo-vaginale et empêche très souvent les récidives chez les femmes sujettes aux rechutes de candidoses génitales (l’autre nom des mycoses génitales).

5 – Évitez les contraceptifs spermicides.
Ces produits sont irritants et détruisent aussi les bactéries. Ils peuvent donc considérablement déséquilibrer la flore vaginale qui laisse plus facilement se développer les candida albicans, agents des mycoses vulvo-vaginales. Cela dit, un spermicide occasionnel est souvent bien supporté chez la plupart des femmes. C’est plutôt l’usage fréquent qui est à risque. Cependant, chez les femmes fragiles, il faut essayer et voir ce qui se passe.

- - -

Pensez à laisser un message ci-dessous en bas de la page dans notre zone de forum. Cela pourra servir à d'autres que vous ! On vous demande un nom, mais vous pouvez laisser un pseudo ; on vous demande un mail, mais, mais il n'apparaîtra pas... Discrétion oblige !

Cet article a été rédigé par un médecin.

(c) infosanteonline 2013

D'autres articles sur les mycoses vaginales vous intéressent :

TOUS nos articles concernant les mycoses vulvo-vaginales...

Les 20 gestes anti-récidive contre les candidoses vulvo-vaginales (mycoses)

Rapports sexuels, quels problèmes en cas de mycose vaginale ?

Nouveau partenaire, pourquoi j'ai une mycose vaginale ?

String, le risque de mycoses vulvo-vaginales.

Quelle toilette intime quand on a une mycose gynécologique ?

Quelles femmes souffrent de mycoses génitales ?

Une mycose vaginale, quels symptômes ?

Mycose vaginale, est-elle une infection sexuellement transmissible (IST) ?

Les 5 trucs pour une sexualité sans mycose vaginale… - 5.0 out of 5 based on 11 votes

Commentaires   

 
0 #1 AKA 30-10-2014 07:31
Doit-on laver l'intérieur du vagin après utilisation de lubrifiant ?
La plupart des lubrifiants précisent qu'ils doivent être soit lavés à l'eau (lubrifiant à base d'eau) soit à l'eau et au savon (silicone). Mais ils n'est jamais précisé quel lavage exactement.. Après avoir utilisé un lubrifiant lors d'un rapport, peut-on se contenter d'un lavage externe ? Le lubrifiant restant dans le vagin présente-t-il un risque ? Ou sera-t-il éliminé sans conséquence ?
Des infos sur la toilette intime : http://mycoses.infosanteonline.com/mycose-quelle-toilette-intime/mycoses/mycoses-et-hygiene/quelle-toilette-intime-en-cas-de-mycose-vaginale17
Et sur la toilette intra-vaginale : http://mycoses.infosanteonline.com/toilette-intravaginale/mycoses/mycoses-et-hygiene/toilette-intime-intra-vaginale-risque-de-mycose-vaginale19

Réponse de médecin :
Il ne faut jamais laver l'intérieur du vagin. En effet, cela contribue à faire entrer dans le vagin des bactéries présentes sur la vulve (en particulier près de l'anus) et à entraîner des infections.
Le lubrifiant est éliminé sans aucun problème par votre organisme. Une toilette à l'eau suffit largement. Attention à l'usage du savon qui est alcalin et qui n'aide pas la zone génitale féminine (acide) à se défendre. L'usage du savon n'est cependant pas gênant pour les femmes qui le supportent bien. Cela signifie que leur vulve se défend bien malgré le savon. Mais c'est plutôt à déconseiller par précaution !
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Joomla SEF URLs by Artio

Qui est en ligne ?

Nous avons 214 invités et aucun membre en ligne